5 étapes pour mettre en place un site de e-learning > Le plan

13L’expérience de la FOAD qui est relatée ici est à envisager principalement dans le contexte socioculturel des zones urbaines (84,4 % des participants) africaines organisation francophones. En premier lieu, il faut souligner le soutien des adultes : les familles, les enseignants, dont le rôle socialisateur est déterminant (on a montré ailleurs les influences familiales dans les capacités d’innovation, la réserve des enseignants, cf. 2Nous proposons dans un premier temps de poser le contexte de notre étude, qui a trait aux Formations ouvertes à distance (FOAD) et plus particulièrement à leur potentiel mais également à leurs limites pour le développement des professionnels en contexte africain. 8Pour répondre aux objectifs de notre étude, nous avons mis en place une recherche longitudinale mixte dont nous pouvons maintenant préciser les modalités de collecte et d’analyse des données. C’est dans ce contexte que nous présentons cette étude, laquelle a pour objectif général de dresser un portrait des FOAD en Afrique francophone.

Les pays d’accueil privilégiés sont ceux du Sud, et les destinations du Nord sont acceptées dans le cas ou le programme suivi ne serait disponible que dans cette région. Note : Les bourses ne peuvent pas être attribuées pour des projets de mobilités ou le pays d’accueil et celui d’origine des candidats sont situés dans l’hémisphère nord. D’ailleurs, la recherche de façon alternative dans le pays d’accueil et dans le pays d’origine. 5Par ailleurs, les FOAD en contexte africain contribuent à freiner une tendance qui a longtemps été une source de malaise pour les dirigeants occidentaux et africains, soit le non-retour des professionnels africains suite à leur formation dans les pays « du Nord ». Beaucoup de gens pensent que l’industrie des plats à emporter est très fatigante et que l’on ne peut faire ce métier trop longtemps. Pendant cette période difficile, les informations données par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESRI) ont été rares, et parfois scandaleuses comme lorsque l’on apprenait que les chargé·

Formation Professionnelle En Ligne En France

Les établissements d’enseignement postsecondaire n’échappent pas non plus à cette tendance. L’AUF peut apporter un soutien technique, logistique et financier à la création ou au fonctionnement d’un cursus de formation à distance destiné aux étudiants de la francophonie et des établissements membres. Pour faciliter la création et le déploiement des FOAD, l’AUF a mis en place un programme de soutien via des expertises techniques et pédagogiques, des appuis logistiques ou des aides financières, destiné aux établissements membres qui souhaitent développer des FOAD. Pour diffuser ces questionnaires, un courriel contenant le lien vers le questionnaire en ligne a été envoyé à tous les apprenants inscrits aux FOAD soutenues par l’AUF en 2008-2009 et à tous ceux ayant complété leur FOAD durant l’année académique 2007-2008. Au total, 626 apprenants ont répondu aux questionnaires, ce qui représente un taux de participation élevé. En effet, les taux de persévérance traditionnellement bas des apprenants des FOAD sont un sujet de préoccupation et d’étude depuis un bon nombre d’années (voir Scalese, 2001). La recherche sur les facteurs liés à l’abandon ou à la persévérance a permis quelques avancées sur cet aspect des FOAD (Bourdages & Delmotte, 2001), bien que la persévérance demeure un objet mouvant, difficile à saisir, dans lequel intervient un grand nombre de variables.

  • Dominer l’anglais technique
  • Tutorat par le responsable d’enseignement
  • Les techniques de rééducation orthophonique
  • 4 – Les supports : virtuel et réel
  • Optimiser, automatiser et fiabiliser les calculs

Pourtant, les FOAD posent actuellement un certain nombre de défis (ex. fort taux d’abandon ; manque de suivi personnalisé ; voir Brindley, 1987), auxquels viennent s’ajouter d’autres difficultés propres aux pays en voie de développement, à commencer par l’accessibilité et la qualité de l’équipement technologique nécessaire au suivi d’une FOAD (Oladele, 2001 ; Intsiful, Okyere & Osae, 2003 ; Selinger, 2001 ; Tunca, 2002 ; Bakhoum, 2002). Dans ce contexte, il est légitime de se demander quelle est la contribution réelle des FOAD pour les pays en voie de développement. En effet, de nombreux auteurs (Oladele, 2001 ; Intsiful, Okyere et Osae, 2003 ; Selinger, 2001 ; Tunca, 2002 ; Bakhoum, 2002) mentionnent le manque d’outils, la logistique inopérante, l’insuffisance ou le défaut d’infrastructures technologiques (pénurie de lignes téléphoniques, disparité et inadéquation du réseau de télécommunication ; fluctuation des tensions électriques ; pannes récurrentes d’électricité ; etc.) comme des freins au développement des FOAD et à l’intégration pédagogique des TIC.